News N. 0/138   04/06/2019

Père Anthony Joseph, lauréat du droit canonique

Père Anthony Joseph avec ses directeurs de recherche, à l'issue de la soutenance tenue dans la Salle Newman - l’Université pontificale urbanienne - Rome, le 28 mai 2019

 

Père Anthony Joseph, missionnaire du Diocèse de Chingleput (Tamil Nadu, Inde) et chercheur au sein de l’Université pontificale urbanienne, a soutenu sa thèse de doctorat le 28 mai dernier à Rome. Sur son invitation, Madame Maria Elena Cuomo a assisté à cette séance, tenue dans l’auditorium Newman de l’université pontificale. Étroit collaborateur des actions menées par la Fondation Cuomo dans son diocèse, Père Anthony Joseph devient ainsi le premier issu de Chingleput à obtenir un doctorat en droit canonique. 

Le jeune missionnaire est entré en contact avec les projets de la Fondation en 2002, lors de la cérémonie d’inauguration d’un Pensionnat pour jeunes filles, érigé avec le soutien de la Fondation à Kovalam, son village natal. Séminariste du diocèse de Chingleput, le Frère Anthony dirigeait à l’époque les activités pédagogique de sa paroisse, en qualité de chargé de l’éducation de plus de 100 enfants. Grâce à sa maîtrise de la langue anglaise, il devient l’interprète auprès des membres de la Fondation lors de leurs visites dans le Tamil Nadu, jouant ainsi un rôle clé dans les projets lancés dans la région.

Il recevra son ordination en 2007.

En 2016, sur recommandation de l’archevêque de Chingleput, Monseigneur Neethinathan, le Père Anthony obtient une bourse d’études au sein de la prestigieuse Université pontificale urbanienne, spécialisée dans la formation des missionnaires. La bourse très prisée lui permet d’y entamer les études doctorales dans le droit canonique en tant que résident. Il opte alors comme sujet de thèse « La crédibilité des témoins lors des procès d’annulation de mariage » et ce, sous la direction des Professeurs Ernest Bonaventura Ogbonnai Okonkwo, Elias Frank et Luigi Sabbarese. Un travail de longue haleine commence alors pour le jeune prêtre qui va, pour la première fois de sa vie, quitter son Inde natale pour venir s’installer dans la Ville Eternelle. Il s’ensuivra une période bénie pour le missionnaire qui va vivre, au sein même de l’épicentre de la chrétienté, une phase de travail marquée par une intensité intellectuelle, au plus près de sa foi. Fait remarquable, en l’espace de quelques mois, Father Anthony maîtrisera non seulement la langue italienne, mais possédera aussi les notions du latin, du français et de l’allemand qui vont constituer des atouts décisifs dans son projet de recherche qui se réalisera au contact des sources bibliographiques des plus variées. C’est avec un italien impeccable que le jeune chercheur en théologie a soutenu avec brio sa thèse lors d’une séance publique suivie par une centaine de personnes. 

Sa thèse est en phase d’être publié par la maison d’édition de son université, Urbania University Press, projet pour lequel Father Anthony recevra le soutien de la Fondation Cuomo. Avec le doctorat en poche, il retournera au Tamil Nadu dans l’optique de mettre sa connaissance en droit canonique au service de son Diocèse.